SURVAP

l'association des habitants des Pâquis

Immeuble Migros Navigation

2 et 4, rue du Môle / 41, rue des Pâquis

Une surélévation de 1 et 2 étages

Mai 2012 Ces immeubles font l’objet d’une demande préalable d’autorisation de surélévation de 2 à 4 étages dans la FAO du 18 mai afin de construire 21 appartements supplémentaires.

Juin 2012 La Commission d’architecture « recommande une surélévation continue et uniforme de maximum 2 étages » sur la rue des Pâquis et « une surélévation de 1 étage + éventuellement un attique » sur la rue Môle. Le Service de la LDTR réserve sa décision en particulier « en ce qui concerne le nombre, la typologie et les loyers des logements qui seront nouvellement créés ».

La Ville de Genève préavise négativement, estimant que le projet dépasse largement les gabarits légaux et soulignant son manque d’intégration dans l’aménagement du quartier.

SURVAP demande le 18 juin à l’Office des autorisations de limiter cette surélévation afin qu’elle s’harmonise dans la perspective de l’ensemble, rue des Pâquis, rue du Môle et place de la Navigation.

Juillet 2012 Un nouveau projet est déposé par la société propriétaire qui tient partiellement compte des préavis, réduisant la surélévation à 2 étages sur la rue des Pâquis et à 1 étage sur la rue du Môle, et réduisant le projet à 13 appartements.

La Ville de Genève déplore toujours le dépassement des gabarits légaux et demande dans ce cas un retrait d’environ 2m des étages de surélévation côté rue des Pâquis, ainsi que la végétalisation sur le toit des bâtiments bas sur cour.

Septembre 2012 L’Etat accorde l’autorisation préalable au dernier projet mais sans exiger le retrait demandé par la Ville de Genève.

8 octobre 2012 SURVAP organise une réunion des locataires des immeubles avec la participation de l'ASLOCA. Les locataires créent l'"Association des habitants des immeubles 2 et 4 rue du Môle/41 rue des Pâquis" afin de faire respecter leurs droits.

19 octobre 2012 Recours de la Ville de Genève contre l'autorisation au Tribunal administratif de première instance (TAPI), puis à la Chambre administrative de la Cour de justice. Malheureusement le recours est rejeté le 19 août 2014. La Ville renonce à recourir au Tribunal fédéral estimant que ses chances de succès sont minces.

17 juillet 2015 Une demande définitive paraît dans la FAO, portant sur une surélévation de 2 étages sur les immeubles de la rue des Pâquis et partie de la rue du Môle, et d'un étage sur le solde des immeubles de la rue du Môle, pour un total de 16 nouveaux appartements.

SURVAP écrit le 12 août à l'Office des autorisations de construire pour dénoncer la non-prise en compte des préavis de la Ville de Genève cités plus haut, le non-respect des gabarits légaux, la diminution de l'ensoleillement et le risque accru de pollution dans les cours fermées, ainsi que la défiguration de la place de la Navigation.

Septembre 2015 SURVAP lance une pétition à l'intention du Grand Conseil et du Conseil municipal contre ce projet péjorant la qualité de vie des habitants et de l'espace urbain, et déplorant la politique de l'Etat en matière de surélévation en ville.

SURVAP et de l'Association des habitants des immeubles concernés sont auditionnés le 25 janvier 2016 à la Commission du Grand Conseil, et le 29 février 2016 à la Commission du Conseil municipal. Suite à ces auditions, la pétition est refusée par le Conseil municipal, mais doit encore être traitée en plénière par le Grand Conseil.

1 avril 2016  La surélévation est autorisée avec une dérogation pour dépassement du gabarit et sans la végétalisation demandée par la Ville. 

En mars 2017, les travaux n'avaient pas commencé, mais SURVAP conseille aux habitants de prendre contact sans tarder, par l'entremise de leur association, avec la société propriétaire, afin de parer au mieux aux nuisances telles que le bruit, les vibrations, l'utilisation de l'ascenseur, demander l'agrandissement des communs (buanderie, garage à vélos, etc) en rapport avec les nouveaux appartements, savoir si des modifications des caves sont prévues, et prendre conseil auprès de l'ASLOCA pour les dédommagements possibles sur les loyers.

Même s’il a le mérite de mettre à disposition des appartements bienvenus, ce projet est un exemple de plus de cette politique effrénée de surélévation qui ne tient aucun compte des effets négatifs de la sur-densification des anciens quartiers sur leur ensoleillement, la pollution et les problèmes de trafic qu’elle engendre.


SURVAP Association d'habitants des Pâquis, Genève, le 4 mars 2017

Documentation

Autorisations de construire sur SAD Consultation

Pétition lancée en octobre 2015 contre cette surélévation

Article du Courrier du 3 novembre 2015

compléments d'informations pour les membres SURVAP enregistrés

 

made with love from Joomla.it
  • MAJ le 11 décembre 2018